Parce que Max Bordeaux a exaucé nos prières, dégustation d’Angélus

28Oct10

Sortez vos chapelés, le pèlerinage mensuel vers Max Bordeaux commence. Pour ce nouveau rendez-vous, le Château Angélus nous ouvre ses beaux flacons.

 

Que de monde pour cette nouvelle dégustation. Le bouche à oreille commence à fonctionner et c’est bien mérité ! Pour ce mois d’octobre, Max Bordeaux nous gâte avec le Château Angélus vaillamment représenté par la nouvelle génération du château, Coralie et Mathieu de Boüard.

Très à l’aise et accessibles, ils nous ont fait une présentation dynamique des différentes cuvées, avec une réelle proximité. C’est agréable de voir des vignerons qui, comme nous, ne boudaient pas leur plaisir d’échanger sur leurs vins.

Le programme était fort sympathique avec pas moins de 5 vins à déguster.

Nous avons commencé par « La Fleur de Boüard » en 2001 et 2005. Ces Lalande de Pomerol étaient très différents même si l’élégance et leur côté féminin marqué la filiation.

Le 2001 offrait un nez sur des fruits rouges et une petite pointe épicée. En bouche, c’est assez classique, mais c’est fin avec des tannins soyeux. De la fraicheur en final signe d’une garde possible encore quelques années.

Le 2005 est plus rond, sur des fruits plus mûrs, parfois des notes de fruits dans l’alcool. La bouche est chaleureuse, gourmande et le bois équilibre parfaitement l’ensemble. Il est encore très jeune et mérite d’être planqué pendant encore quelques années.

Retour à Saint-Émilion, avec le second vin d’Angélus, le bien nommé Carillon de l’Angélus. Et c’est en 2008 qu’il s’est présenté.

Une note de réglisse en tout premier nez qui s’estompe sur des fruits noirs. La bouche est onctueuse avec des tannins qui s’adoucissent avec l’aération. Bizarrement déjà très accessible, la fraicheur en finale témoigne cependant d’un potentiel de garde. A ouvrir chaque année pour en profiter !

Pour terminer en beauté, ce n’est pas un mais deux millésimes de Château Angélus qui se sont offerts à nous.

Angélus 2003, année de la canicule, nous offre un nez riche, alcooleux et des notes de fruits noirs et fève de cacao (?). Encore beaucoup de tannins en bouche mais pas asséchant avec une belle équilibre. La finale est longue et là encore une fraicheur permettant de le conserver encore un petit peu.

Le millésime 2005 a une couleur lui donnant une impression de jeunesse. Cette impression est cependant contrastée en bouche par une accessibilité. Il commence à se boire même si une conservation pendant un bon moment lui permettra de développer des notes plus complexes. C’est très bon, relativement classique mais complexe, offrant un équilibre incroyable, beaucoup de fruits noirs, denses et charmeurs, et une fraicheur, toujours présente et signe des grands vins quand elle est, comme ici, bien maitrisée.

 

 

crédits photos : extraterrien
Publicités


No Responses Yet to “Parce que Max Bordeaux a exaucé nos prières, dégustation d’Angélus”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :