Parce que c’est un manga parlant de vin, Sommelier

18Avr10

On connait l’engouement des japonais pour le vin ces dernières années. Lors du InVinoBFM du 27 mars, Jean-Robert Pitte indiquait qu’en 30 ans, la consommation par japonais était passée de 30 cl à 2,5 l.

Les populations consommatrices de vin sont surtout les femmes et les jeunes. Elles ont un regard nouveau sur leur propre mode de consommation en développant des dispositions tournées vers l’épicurisme et le plaisir de la table.

Avec une tendance aussi forte, il est normal de voir apparaître des livres sur ce sujet. Et quel meilleur support que le manga pouvait présenter de façon ludique et captivante l’univers du vin.
Ce médium est en plus très consommé par ces populations.
Ces mangas appelés « mangavino » ont d’ailleurs joué un rôle catalyseur dans les ventes de certains vins, et pas seulement au Japon mais bien dans toute l’Asie.

En France, Les Gouttes de Dieu, édité chez Glénat, a ouvert le bal avec le succès qu’on lui connaît : 400 000 ex. vendus (+ de 6 millions d’ex. au Japon). Pourtant, au pays du soleil levant, il est un autre mangavino paru auparavant, j’ai nommé Sommelier.

Préférant toujours les produits alternatifs (!), j’ai décidé de vous parler de ce dernier, Les Gouttes de Dieu étant déjà très bien médiatisé.
Pour info, le Japon est après la France, le pays comptant le plus de sommeliers (source cf. ici).

L’histoire se passe cette fois en France et nous conte les aventures d’un jeune sommelier, Joe Satake, un surdoué de sa génération forcément.
De région en région, de restaurant en restaurant, Joe Satake est à la recherche d’un vin, un vin souvenir, façon madeleine de Proust, que sa mère lui avait fait goûter quand il était enfant.

A l’heure actuelle, je n’ai lu que le premier tome, l’histoire compte 6 tomes, tous parus en France.
Et pour être honnête, les premiers chapitres ont du mal à décoller. Le héros est un misogyne de première et passe plus de temps au lit avec des femmes qu’à déguster. Il prend les gens de haut et est presque antipathique. Et puis au fil des pages, il s’assagit, prend de la bouteille (!), et sa quête devient plus intéressante.

Un peu moins dans l’émotion que LGDD, on ne retrouve pas d’illustrations symbolisant les sentiments que les vins lui procurent. On est par contre plus technique. Certaines de ses méthodes sont un peu fantaisistes mais dans l’ensemble, les vignobles et les vins sont présentés de façon très instructive tout en restant divertissant (même si le Médoc est sur la rive droite de la gironde pour eux !!).
Là où je reste un peu sur ma faim (pour l’instant), c’est qu’il manque à Joe Satake un vrai adversaire ! Je sais, je sais, pure réaction de mec ! Mais que serait un vrai héros sans un vrai « méchant » : Batman vs Joker, Tintin vs Rastapopoulos, Shizuku Kanzaki vs Issei Tomine (LGDD), les Schtroumpfs vs Gargamel (!), Mesrine vs la police, Astérix vs César… (je peux continuer longtemps si vous voulez).

Son format réduit ne facilite pas la lecture mais les parutions sur ce sujet étant plutôt rares, on continuera la lecture pour parfaire ses connaissances viti-vinicoles dans une ambiance décontractée, et c’est déjà pas mal !

crédits photos : wikipedia, Glenat
Publicités


No Responses Yet to “Parce que c’est un manga parlant de vin, Sommelier”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :