Parce que c’est bio, Tupperwine spécial

29Mar10

Déjà évoqué lors des débuts du blog (cf. Parce que c’est convivial, les Tupperwines), les tupperwines, organisés par Fabrice du blog vinsurvin, sont toujours des moments sympathiques. Les rencontres tant humaines que vinicoles y sont toujours enrichissantes. Mon palais s’ouvre à de nouvelles saveurs qu’il sera d’autant plus facile à mémoriser que l’échange autour des nuances se fait simplement, sans pression aucune.

Rendez-vous pris la semaine dernière pour la session de mars dans la cave « la Contre étiquette » située dans le 10° arrondissement de Paris. Nous étions une dizaine d’amoureux de Bacchus réunis autour de cette sélection un peu particulière car ce soir là, vins bio et vins natures étaient à l’honneur.

Pour le plaisir, comme dirait Herbert Léonard, Fabrice nous les a présentés à l’aveugle.

En amuse bouche, Sylvain Mauger, le propriétaire de la cave, nous a ouvert un effervescent totalement atypique venant de Savoie et élaboré à base de cépage Gringet. Le Domaine Belluard exploite 12 des 20 hectars de ce cépage. Un vin assez tendu, frais ; c’est particulier mais c’est  à essayer !

Le tour de France pouvait se poursuivre :
1- Domaine Albert Mann – Alsace – Riesling 2008 Cuvée Albert.
Un domaine certifié Bio avec une bonne renommée vues les réflexions des protagonistes de la soirée. Les 21ha du domaine se situent aussi bien sur des montagnes, des collines que des plaines et présentent une large typologie de sols (silice, argile, marnes et calcaire).
Le vin très agréable, frais avec des pointes de cidre et de fruits jaunes.
2- Château Soucherie – Savennières – Clos des Perrières 2007.
Appellation de Loire, ce château cultive en viticulture raisonnée.
Ce 100% Chenin est minéral, mais avec des notes du sud, sûrement un peu de bois. On imagine les vignes plantées dans un sol caillouteux et caressées par le vent ; ça c’est l’effet pierre à fusil ! En fait, les parcelles sont situées sur un coteau schisteux orienté au sud et donc abrité des vents du nord.
3- Domaine Grand Veneur – Châteauneuf du Pape Blanc – La Fontaine 2007.
Actuellement en conversion en agriculture biologique, le domaine accorde un soin attentif à son vignoble : rendements 30ht/ha, effeuillage et vendange manuels, tri grappe à grappe, etc.
Ce 100% Roussanne possède un nez est élégant, un peu féminin. Il manque cependant un peu de fruit et la finale ne décolle pas, dommage.
4- La Grange aux Belles – Rosé de Loire – Pink Fluid 2007.
On est ici en présence d’un vin nature et 100% Gamay.
Il est le vin qu’on débouche entre amis, en toute décontraction et sous une tonnelle c’est encore mieux ! Et pour l’étiquette, prévoyez les lunettes de soleil, ça flash, c’est fun… c’est un bon résumé du vin.
5- Mathieu Coste – Coteaux du Giennois – Biau 1998.
Comme vous pouvez vous en doutez, il s’agit bien d’un vin bio.
Le premier millésime de cette toute jeune AOC offre un très joli nez (fruits rouges notamment). On retrouve les fruits rouges en bouche pour un résultat sympathique et idéal à l’apéritif.
6- Domaine des Rouges Queues – Santenay – 2007.
Il pratique déjà la biodynamie et est en conversation bio.
Un peu asséchant en bouche, ce vin a dû manquer un peu de maturité. Il nous a laissé sur notre faim. A retester donc.
7- Château de la Selve – IGP Coteaux de l’Ardèche – Florence 2007.
Ce château cultivant en Bio a pris les nouvelles dénominations européennes. La cuvée Florence propose un assemblage 60% Syrah, 30% Grenache et 10% Cinsault.
Récemment mis en bouteille, il n’était pas facile à appréhender avec un nez lourd, pas très agréable. Une attaque un peu pruneau puis fruits noirs une fois le vin oxygéné. Le potentiel est donc bien présent… mais il va falloir être patient.
8- Domaine Bertrand-Bergé – Fitou – Cuvée Jean Sirven 2006.
Ah le sud ! les 50% Carignan, 45% Syrah, 5% Grenache conduits en culture raisonnée donne un vin opulent, très mûr. J’ai même appris l’expression « lardé », mais pas facile à ressortir, je vous l’accorde. Un gros coup de coeur pour ce vin.
9- Domaine de la Casiabianca – VDP de l’Île de Beauté – Moderato 1999.
Élaboré à base de Muscat Petits Grains, en vendange tardive, ce vin est aérien, avec des notes d’acacia, tilleul diront certains, mais aussi cire d’abeille. Les accords mets/vins sont sans fin avec un tel vin. Un vrai régal !

Voilà en quelques mots ce qui vous avez raté ! Consolez-vous, ces dégustations sont ouvertes à tous. Il suffit de vous inscrire en écrivant à Fabrice via vinsurvin2020@gmail.com et de devenir fan de la page facebook !

L’iPhone n’ayant qu’un problème, son appareil photo comme vous pouvez le constater, je vous laisse le lien d’Emmanuel Delmas, également présent, qui présente des souvenirs de bien meilleure qualité que les miennes.

crédits photos : extraterrien
Publicités


One Response to “Parce que c’est bio, Tupperwine spécial”

  1. Voilà un compte-rendu qu’il est bon, Julien !
    A très vite, pour de nouvelles aventures ;-)
    Fabrice


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :