Parce que c’est inconnu, les vins du Limousin (2/2)

15Fév10

Seconde partie sur les vins du Limousin (1° partie ici) où nous partons aux portes de Limoges sur la commune de Verneuil. Là encore, le passé était viticole avec près de 270 ha vers 1780. Là encore, la vigne disparut au profit d’autres activités agricoles.

Dans les années 90, le Maire de Verneuil lance l’idée de replanter de la vigne. L’objectif de départ est plus folkorique ; le vin produit serait servi lors de fêtes communales. “Les amis du rosé de Verneuil” voit le jour en 1993 et en 1995, 3,5 ha de gamay (2/3) et pinot noir (1/3) sont plantés. Pour financer le projet, en plus des subventions, une souscription est ouverte à qui veut participer à l’aventure. C’est un peu une forme de micro crédit ! C’est amusant de voir comment de nombreux projets sont produits aujourd’hui de la sorte, que cela soit dans la vigne, la musique ou le cinéma par exemple.

Un souscripteur devient le propriétaire fictif d’un cep de vigne lui donnant droit à une bouteille par an. Chaque année, les vendanges, comme la présentation du nouveau millésime en avril sont l’occasion d’organiser des banquets où “les amis du rosé” se retrouvent. La production oscille à présent entre 10 000 et 18 000 bouteilles par an en fonction de la météo.

J’ai eu l’occasion de déguster un des premiers millésimes. Je me souviens très bien du moment et du sentiment que j’avais eu à l’issue de la dégustation, comme dire… un peu mal au crâne ! La qualité a dû progresser depuis et je serais curieux de le découvrir à nouveau.

Aujourd’hui en ‘Vin de Pays’, l’ouverture d’une cave pour les vendanges 2010 devrait permettre l’obtention de la dénomination ‘Vin de Pays de la Haute-Vienne’ ; un vin devant être vinifié sur place pour y avoir droit. Comme pour Mille et Une Pierres, cet aspect est très important pour gagner en crédibilité et en impact local.

Le futur proche se conjugue avec développement de la gamme. En plus du rosé, un rouge et un rosé pétillant viennent d’être lancés. Le vignoble s’agrandit également avec la plantation de 2 nouveaux hectars en gamay. Si l’envie de devenir un ‘parrain’ de cette aventure vous prend, les souscriptions sont ouvertes, comptez 70 €. (Vignerons de Verneuil)

Pour le dernier vignoble de la région, nous revenons en Corrèze non loin de Brive, au bord de la Vézère, sur les côteaux de Saillant. Jadis très renommés, on dit que les moines de l’abbaye de Cluny en étaient amateurs. Et puis rebelote, phyloxéra, développent de l’agriculture, etc. les vignes disparaissent.En 2003, les “Amis du Saillant”, une quinzaine de personnes au départ, ont replanté 15 ha majoritairement en blanc (80%) avec du chenin, sauvignon gris, chardonnay et du cabernet franc pour les rouges et rosé.

Moins festif que le rosé de Verneuil, ce projet est avant tout économique. L’objectif est bien de maintenir voire de développer le tissu local. L’aspect social n’est pas laissé de côté avec la création d’un chantier d’insertion et d’un atelier protégé permettant à 18 personnes handicapées de trouver un boulot. Autour de Michel Breuil, président de la SCA Coteaux de la Vézère, c’est donc une quarantaine de personnes qui œuvrent au déploiement de ces vins.

En 2007, la création d’un chai à proximité du vignoble a permis de gagner en qualité en réduisant les temps de transport des raisins au moment des vendanges. Avec une production voisine des 40 000 bouteilles par an, l’objectif est ici de jouer la carte de la qualité, agriculture raisonnée et petits rendements.

Un espace commercial s’est ouvert dans le prolongement de la cave et une maison de la Vigne et du Vin verra sûrement le jour dans un futur proche. Cette démarche touristique viendra parachever cet ambitieux projet de valorisation du secteur.

La gamme en Vin de Pays se compose de blancs secs, moelleux, de rouges et rosés. Je n’ai encore jamais trempé mes lèvres dans ces nectars, mais j’espère en avoir l’occasion bientôt tant le projet semble intéressant et les vins de qualité.

(vacances-en-correze.net + reportage sur demain.tv)

Voilà 3 bonnes raisons de partir au vert en Limousin ! Sachez également qu’il existe plusieurs distilleries toujours en activité dont une au cœur de Limoges, la Distillerie du Centre. Elle propose de nombreux apéritifs et liqueurs régionaux… mais ça c’est une autre histoire !

Publicités


No Responses Yet to “Parce que c’est inconnu, les vins du Limousin (2/2)”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :