Parce que c’est David contre Goliath, dégustation de Cahors

16Jan10

En ces temps de frais hivernal, il y a des vins qui chantent l’appel du canapé à partager avec quelques amis ; des moments extraterriens, qui le temps d’une soirée, nous transportent dans une dimension parallèle où seuls les mots d’esprits comptent, un verre à la main.

Me voilà donc vendredi dernier réuni avec mes acolytes de longue date autour de 3 flacons. Carafage obligatoire en amont, les vins s’ouvrent pour mieux se confier, c’est parti !

L’appellation qui a rythmé la soirée est Cahors. Je trouve que ce sont les vins parfaits en ce moment. Certains convives étaient, au début, un peu surpris et ne savaient pas trop ce qu’ils allaient découvrir.

2 domaines : Clos Troteligotte et Château Lagrezette. Autant dire David contre Goliath ! Le premier, petite propriété de 10ha travaillé en agriculture raisonnée et menée par un jeune vigneron talentueux, Emmanuel Rybinski, face à un vaste domaine de 60ha mené par Alain-Dominique Perrin et aidé de Michel Rolland. Ce sont 2 mondes diamétralement opposés.

Le meilleur moyen de savoir de quoi il en retourne est de déguster.

Nous avons donc commencé par le Clos Troteligotte et sa cuvée KLys en 2005. J’avais déjà dégusté ce vin lors du Tupperwine de novembre organisé par VinsurVin (à voir ici). Le retour en grâce de cette appellation est en grande partie due à des vignerons comme Emmanuel. Motivé, il sait prendre son temps pour élaborer des vins chaque année meilleurs qui reflètent leur terroir et leur cépage.

‘KLys’ est un vin dense, normal c’est 100% malbec, avec un passage en fûts de 12 mois (2/3 neuf – 1/3 ancien) très bien maîtrisé. Au nez, pas de sensation exubérante du bois, bien au contraire mais plutôt des notes de fruits noirs avec beaucoup de matière et une once de fraîcheur.

En bouche les tanins sont fondus et très équilibrés. La palette aromatique est riche avec toujours du fruit, des notes torréfiées et surtout une finale de velours qui tapisse la bouche et nous rend tout doux ! Une certaine fraîcheur est toujours présente. Qui a dit que les Cahors n’étaient que des vins lourds faits uniquement pour les hommes ? Nous avons maintenant la preuve du contraire. Ce vin est un régal ! (Comptez environ 15 € la bouteille).

Changement de domaine et cap sur le Château Lagrezette avec sa fameuse cuvée Le Pigeonnier. Au programme 2002 et 2001. On change aussi de budget avec environ 80 € le 2002 et 70 € le 2001. Les valent-ils ? Dégustons.

Une des premières impressions qui viennent à l’esprit quand on ‘sniffy sniff’ (cf. Gary Vaynerchuk – Tv.WineLibrary.com) est cette sensation de puissance, il y a du monde dans le verre ! Fruits noirs bien sûr et réglisses nous chatouillent au début les narines, épices ensuite, des tonalités animales sont aussi présentes sur le 2002 quand le 2001 possède quelques pointes mentholées.

En bouche, on sent bien les 28 mois de barriques neuves ! Ce sont des vins de grande garde et pourtant ils sont tout de suite charmeurs et assez faciles à boire avec une attaque souple. On retrouve cette matière impressionnante. Les vins s’ouvrent et des notes de cacao apparaissent. Le vin est très très dense, plus lourd que le KLys c’est indéniable ; le black cépage dans tous les superlatifs. Et la longueur en bouche, stratosphérique. La première fois que j’ai dégusté le 2001, je m’en souviens très bien, j’ai conservé le goût du vin pendant plus d’une heure. Peu de vins peuvent le revendiquer.

Noble succès pour ces 2 vins, surtout le 2001, mais certains préfèreront KLys (en + du tarif) car Le Pigeonnier est un vin ‘américain’ (!) ; tout y est vu en grand énorme ! Un vin ‘Parker’ pourrait-on dire, c’est vrai, mais vraiment quelle matière, quelle longueur !

3 vins d’épicuriens à découvrir et à partager entre amis. Ils sont de très bons ambassadeurs de cette appellation, chacun dans leur style. Du plaisir vous en aurez, ça c’est certain. A bientôt pour d’autres rendez-vous extraterriens.

(Clos TroteligotteChâteau Lagrezette)

Publicités


2 Responses to “Parce que c’est David contre Goliath, dégustation de Cahors”

  1. Bonjour !

    Merci de mentionner ce TupperWine. Content de voir que les vins de Manu te plaisent ! Demain soir, TupperWine Provence chez Alex Caviste, 40 rue Vaneau, Paris 7, 20h00 : tu viens ?
    Cordialement,

    Fabrice


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :